Dire qu’il y a neuf ans, le petit écran était secoué par l’arrivée brutale d’un héros renversant tous les codes auxquels nous avons été habitués. Dire qu’il y a neuf ans, Dexter débarquait sur Showtime, avec ses scalpels, son Dark Passenger, son code et ses hallucinations quotidiennes. Dire qu’il y a neuf ans, on adorait ce cher Dexter. Aujourd’hui, après huit saisons de bons et loyaux services, Dexter part dans la plus grande ignorance et surtout, dans la plus grande déception.

EN PLEINE CONSULTATION

On avait quitté Dexter au centre d’un dilemme : pris sur le fait par Laguerta, sa sœur avait comme unique choix de liquider cette dernière, afin de sauver la peau de son frère. Cette huitième saison s’ouvre plusieurs mois après ces évènements. Dexter vit toujours son traintrain quotidien, pendant que Debra est dans un sale état, après avoir quitté ses fonctions. Bref, tout partait plutôt bien jusqu’à ce que le Dr Vogel entre dans la vie du serial-killer. Qui est ce Dr Vogel ? Il s’agit tout simplement d’une psychiatre, d’une femme qui a créé de toutes pièces Dexter puisqu’elle est à l’origine du célèbre code qui lui permet de concentrer ses pulsions meurtrières sur les bonnes personnes. Avec sa psychologie de comptoir, le Dr Vogel s’est rapidement imposée comme une figure maternelle pour Dexter, capable de comprendre son comportement, mais aussi de s’étonner des émotions que ce dernier est capable de ressentir. Et pendant ce temps, un nouveau tueur en série persiste et s’amuse à trancher des cerveaux. Savoureux ! Des bonnes idées, il y en a à tous les épisodes. Des ratés ? À toutes les minutes !

EN PLEINE DÉRIVE

Le principal problème de cette saison ne vient pas de sa thématique, mais de son exécution bancale sur tous les points. Pire, les défauts habituels du show ont été accentués, avec notamment des intrigues secondaires liées aux personnages de second plan qui se sont avérées encore plus inintéressantes qu’auparavant. En ligne de mire : Quinn, Batista et Masuka, trois personnages charismatiques, mais dont l’intérêt n’aura jamais été aussi bas ! Mention spéciale à l’intrigue de Masuka qui n’avait strictement aucun intérêt. Les scénaristes se sont perdus en court de route, il n’y a aucun doute là-dessus. Il suffit de voir l’orientation prise par les six premiers épisodes (orientation logique, dans la droite lignée de la conclusion de la série) avec la tonalité des six derniers épisodes. Le manque de cohérence et d’intensité se fait ressentir, c’est à se demander même si les gars ont réalisé que c’était la dernière saison. Cette huitième saison n’a cessé de jouer sur le fait que Dexter ne peut pas mener deux vies totalement différentes, et qu’il fallait donc faire un choix. Or, pas une seule fois le téléspectateur ne ressent le poids de cette décision. Conclusion ? Chaque rebondissement est un coup d’épée dans l’eau. Cette réflexion est aussi valable pour l’antagoniste, qui n’arrive pas une seule fois à la cheville de Trinity, le grand méchant de la quatrième saison.

TONIGHT IS THE NIGHT

Profitons de cette ultime critique pour saluer à nouveau la prestation de Michael C. Hall, qui semble avoir fait de son mieux pour sauver le show du naufrage. S’il y a bien une chose qu’on regrettera maintenant que la série s’est achevée, c’est le talent de cet acteur pour camper un antihéros. Cette dernière saison répond bien entendu à la question que tout le monde se pose depuis des années : comment ça se finit ? Et bien, sans vous dévoiler les tenants et les aboutissants du dernier épisode, sachez juste qu’il laisse un goût salement amer au fond de la gorge. Toute cette saison nous  amené à croire de long en large que ce cher Dexter Morgan aurait droit à un semblant d’happy ending. Chaque épisode, chaque intrigue nous a préparé à ce moment fatidique. Et c’est pourtant tout le contraire qui s’est réalisé. Que faut-il tirer de cette fin ? Elle est satisfaisante dans sa globalité parce qu’elle s’inscrit en toute logique dans la tonalité originelle de la série, sauf que rien ne nous a sérieusement préparés à ça. C’est comme si vous prépariez une pâte à crêpes pour vous retrouver au final avec des gaufres. Les deux sont délicieux, on est d’accord ? Mais la préparation ne correspond pas au résultat final. Voilà la grossière erreur de ce dernier épisode, en plus de concrétiser un évènement totalement stupide, en pleine contradiction avec les valeurs de Dexter. L’ultime épisode n’est pas mauvais, mais il n’est pas en adéquation avec le reste de la saison et c’est ce qui est le plus frustrant.

Il est temps de quitter le soleil plombant de Miami. Il est temps de boucler ce qui fut l’une des séries les plus prometteuses en son temps. Et s’il reste de nombreux regrets, il serait dommage de renier ces quelques saisons, ces nombreux épisodes qui ont constitué la renommée mondiale de Dexter. Il y a eu de nombreuses erreurs, cette dernière saison dans son intégralité en est une par ailleurs. Mais on ne peut s’empêcher d’avoir un petit pincement au cœur en réalisant que tout est fini. Pour de bon.

Dexter S08 - VERDICT

Par Sholid le

Commentaires

Réagissez, donnez votre avis...

2 commentaires sur “DEXTER, SAISON 8

  1. Forcé de l’admettre que cette saison 8 n’est vraiment pas à la hauteur des autres même si on a différentes révélation avec le Dr Vogel. Par contre j’ai vraiment apprécié le reste de la série. Mais la fin…